Zoom sur Chloé Charles et l’École Comestible

Zoom
Publié le 17 février 2021

Zoom I Lecture : 3min

Porte-parole de la restauration durable mais pas que…

Candidate de la saison 12 de TOP CHEF, elle est [selon la production] la digne représentante de la restauration durable. Loin de nous l’idée de ne pas applaudir ce portrait dont les valeurs nous sont bien familières. Chloé, on la suivait bien avant son passage sur M6. Et on adoooore ce qu’elle transmet ! On regrette simplement que ce soit une caractéristique démarquante de ses adversaires. Car pour nous, ça coule de source de penser « cuisine raisonnée ».

On pourrait revenir sur son parcours et sur les chefs avec qui elle a travaillé. Mais on avait envie de vous parler d’un sujet qui lui tient autant à cœur à elle qu’à nous : l’éducation du goût.

 

Enfant

Une cheffe engagée sur tous les fronts.

L’année dernière, elle décide de rejoindre l’École Comestible, un projet mené par Camille Labro [journaliste au Monde]. Ce mouvement, inspiré d’Alice Waters et de son modèle d’Edible Schoolyard, milite pour introduire l’éducation alimentaire dans le programme scolaire français.

 

« Nous voulons éduquer les enfants à mieux manger. C’est-à-dire leur apprendre à prendre soin d’eux-mêmes, des autres et de leur environnement, tout en se régalant. C’est une démarche écologique, humaine, vertueuse et délicieuse ». C. Labro

À LA SOURCE, nous croyons en cette démarche et nous souhaitons souligner cette belle initiative. Transmettre des notions alimentaires dès le plus jeune âge ne peut qu’être que bénéfique et positif sur la restauration de demain et ceux qui la porteront : les chefs.

 

Chloe Charles et l'Ecole Cosmestible
Chloé intervient dans une école primaire pour l’opération “pâtisseries solidaires”. ©LaurentBourgogne

Fin janvier, Chloé est intervenue dans une école primaire du 11ème arrondissement. Avec une dizaine d’enfants, elle a préparé des marbrés dans le cadre de l’opération « pâtisseries solidaires » soutenue par la mairie de Paris centre.

 

« On a parlé de la vanille, de l’origine des œufs, du fonctionnement de la levure et on a multiplié la recette par 5. Puis on a parlé de solidarité, et de ce que cela signifiait de préparer des gâteaux qu’on n’allait pas manger mais offrir à des SDF pour leur petit déjeuner et les enfants leur ont écrit des cartes et fait des dessins pour leur apporter un peu de joie et de couleur ! »

La restauration de demain, un enjeu environnemental mais aussi humain.

Aller au-delàs du produit pour sensibiliser les plus jeunes à la citoyenneté engagée, on dit OUI ! Nous adhérons totalement à la façon dont l’École Comestible présente cet enjeu sociétal [et environnemental]. Soyons tous convaincus que l’alimentation peut être source de bien plus qu’une simple assiette à la cantine qui ne raconte rien à nos enfants.

Education par le goût

« En reliant l’alimentation à l’histoire du vivant, nous permettons aux enfants de comprendre d’où ils viennent, ce qu’ils mangent, la richesse de la biodiversité, la force et la fragilité de la nature. En créant des jardins dans les écoles, sur les toits, au bord des cours et des rues et même des potagers mobiles, nous contribuons à verdir et rafraîchir nos environnements de vie. En développant la solidarité et le partage de recettes ou de savoir-faire potagers avec les familles, nous contribuons à fortifier le lien social et encourageons l’implication des adultes dans le quotidien de leurs enfants. En apprenant à mieux manger, nous réenchantons l’expérience du repas, à la cantine comme à la maison, et nous contribuons à réparer la fracture sociale. » Lire la suite du Manifeste.

Il n’est jamais trop tard pour apprendre à « mieux manger ».

Et à LA SOURCE, on espère à notre tour pouvoir contribuer à la transition alimentaire et former les restaurateurs de demain à une cuisine raisonnée.

 

MT